Quelques distributions

Voyons maintenant quelques distributions, avec leurs avantages et inconvénients. Nous parlerons ici de distributions basées sur le système Debian, un des plus anciens systèmes d’exploitation, mais aussi un des plus actifs et des plus fournis. Mais il existe aussi plusieurs «architectures» différentes, et pourtant tout aussi efficace.

Linux Deepin

Lien de téléchargement: https://deepin-fr.org/p/1-telechargement

Linux Deepin est la distribution Linux sur laquelle ce cours est basé. D’origine chinoise, ce système d’exploitation n’est pas trop gourmand en ressources (il peut fonctionner à merveille sur un ordinateur vieux de 3 à 6 ans), pour peu que le processeur soit cadencé à 2GHz minimum. Il a l’avantage de ressembler à Windows ou à MacOS selon un simple réglage. Son autre avantage, à l’instar des autres distributions, est qu’il contient à la fois des logiciels libres et des logiciels propriétaires, ainsi qu’une solution permettant de faire fonctionner des applications Windows!

Son interface graphique, DDE (un dérivé de Gnome), est une interface très simple à prendre en main et efficace, tout en étant agréable et fluide.

Côté négatif, Deepin est un dérivé de Debian, ce qui limite un peu le choix face à un dérivé d’Ubuntu, même si c’est négligeable. Par contre, ce qui pose un peu plus problème, c’est au niveau de l’installation. En remplacement de Windows, l’installation est très simple, par contre il manque une fonctionnalité permettant d’installer Deepin côte à côte avec Windows. Toutefois, l’opération est possible mais demande de petites connaissances en informatique, ou du moins de suivre à la lettre le chapitre d’installation en côte à côte1.

Linux Deepin

Linux Mint

Lien de téléchargement: https://linuxmint.com.

Linux Mint est un dérivé d’Ubuntu, spécialement conçu pour les ordinateurs individuels. La particularité de Linux Mint, est, comme Deepin, de proposer des logiciels propriétaires, facilitant la transition depuis un Windows. Fait intéressant, cette distribution Linux est d’origine française.

Mint propose plusieurs interfaces graphiques différentes. La version «standard» de Mint est distribuée avec l’environnement de bureau Cinnamon, dérivé de Gnome 3. Cette interface similaire à Windows est relativement épurée tout en restant intuitive, mais nécessite un ordinateur relativement récent.

Si la configuration de votre ordinateur est plus légère, vous pouvez vous tourner vers Linux Mint Mate, un environnement de bureau plus sobre et plus léger que Cinnamon. Et si vous souhaiter convertir un «ordinosaure» (un ordinateur trèèèèès vieux, de près de 10 ans!), vous pouvez dès lors utiliser Linux Mint Xfce. Son interface est toutefois plus austère. Au contraire, si vous avez un ordinateur performant, et que vous souhaitez utiliser l’environnement de bureau Kde, sachez qu’il existe Linux Mint Kde.

L’installation de Mint est plus aisée que Deepin, et permet la cohabitation avec Windows en quelques clics.

Linux Ubuntu

On en parle en filigrane depuis le début, les distributions telles que Deepin et Linux Mint se base sur une autre distribution Linux, plus connue du grand public: Ubuntu.

Ce système d’exploitation est un dérivé de Debian, conçu lui aussi pour les ordinateurs individuels, mais avec une petite subtilité: il n’autorise (et ne fournit) que des logiciels gratuits et libres. Il est de ce fait plus restrictif que Linux Deepin et Linux Mint. Néanmoins, comme c’est une distribution des plus connues et réputées, elle dispose d’une communauté des plus actives: il est plus facile de trouver de l’aide.

Au niveau de l’interface graphique, vous avez du choix ! Ubuntu se présente en diverses «saveurs», ou environnements de bureaux, allant du plus esthétique (et le plus gourmand), au plus rudimentaire (et donc léger).

L’installation est simple et rapide. Ubuntu permet également la cohabitation avec Windows. Il est aussi à noter que l’on peut installer plusieurs «saveurs» en même temps, ou passer d’un environnement de bureau à un autre. Néanmoins, en pratique, certains environnements de bureau nécessitent d’autres outils, voire d’autres distributions. Mixer plusieurs logiciels dépendants d’environnement de bureau spécifiques a tendance à rendre le système instable et surtout beaucoup moins convivial.

L’avantage d’Ubuntu, mais aussi son inconvénient, est son système de mises à jour. Tous les 6 mois, une nouvelle version est disponible, corrigeant les centaines de bugs, améliorant sans cesse le confort d’utilisation et le matériel utilisé. Ces mises à jour sont bien évidemment gratuites et s’installent d’elles-mêmes. Côté inconvénient, le matériel vieillissant risque de ne plus être compatible…

Voici quelques «saveurs» intéressantes à tester.

Ubuntu (gnome)

Lien de téléchargement: http://www.ubuntu.com.

C’est la version «de base» d’Ubuntu, et celle qui est la plus utilisée: la version Gnome 3. Cette version est compatible avec de nombreux matériels informatiques. Néanmoins, l’ordinateur nécessite un processeur dual core de 2GHz ou mieux, ainsi que de 2Go de mémoire RAM et pas moins de 25Go d’espace libre sur le disque dur, autrement dit un ordinateur relativement récent.

Gnome dispose de fonctionnalités liées au cloud et aux comptes en ligne. On peut dès lors très facilement connecter son compte Google ou son compte Outlook pour accéder aux fonctions en ligne (Google Drive, OneDrive, etc.) D’autre part, son interface graphique est un peu déroutante, même si elle est intuitive et simple d’emploi, après un temps d’adaptation. En effet, la barre des tâches est latérale, et les informations sont situées en haut de l’écran.

 

Ubuntu (Gnome)

Ubuntu Budgie

Lien de téléchargement: https://ubuntubudgie.org.

Ubuntu Budgie est une distribution plus légère que la version originale, qui peut donc convenir à des ordinateurs peu puissants ou plus anciens. L’interface (créée avec la même bibliothèque graphique que KDE) est sobre mais efficace, avec des icônes claires. Toutefois, la barre des tâches est située en haut de l’écran, ce qui peut être un peu déroutant de prime abord. Les fonctionnalités liées au cloud sont également présentes. Cette distribution est un excellent compromis si votre ordinateur commence à se faire vieux.

Ubuntu Budgie

Kubuntu

Lien de téléchargement: https://kubuntu.org

Kubuntu est la version KDE d’Ubuntu. KDE est un environnement de bureau complet et très esthétique, visuellement très proche de Windows. Son interface plasma permet de poser des «widgets» sur le bureau, exactement comme Android. Néanmoins, KDE demande beaucoup plus de ressources et nécessite de ce fait un ordinateur plus récent, avec une carte graphique un peu puissante. KDE dispose de fonctionnalités liées au cloud et aux comptes en ligne (Google notamment). Les logiciels basés sur KDE sont nombreux et intuitifs. Kubuntu est donc une excellente alternative à Ubuntu si vous avez un ordinateur puissant. Il peut également s’installer à côté d’un Windows.

Kubuntu

Xubuntu

Lien de téléchargement: http://xubuntu.fr

Xubuntu est une variante d’Ubuntu disposant de l’interface du bureau XFCE. XFCE se veut très esthétique et très léger, ce qui en fait un système idéal pour les ordinateurs vieillissant, ou qui n’ont pas de carte graphique évoluée. Xubuntu se compose de logiciels choisis pour leur légèreté, mais souvent peu connus. On peut toutefois utiliser la logithèque pour installer d’autres logiciels, plus lourd.

Xubuntu

 

Lubuntu

Lien de téléchargement: http://www.lubuntu.fr Lubuntu est la distribution la plus légère des «saveurs» d’Ubuntu. C’est de ce fait la version idéale pour les ordinosaures. Lubuntu nécessite à peine 384 Mo de mémoire, et un disque dur d’à peine 1Gio. Lubuntu se base sur l’environnement de bureau LXDE, le système le plus léger tout en étant stable et efficace. Comme Xubuntu, il est constitué de logiciels moins connus mais légers, et dispose aussi de la logithèque complète d’Ubuntu. C’est donc cette version qu’il faut privilégier si vous souhaitez vous lancer dans l’aventure Linux avec un PC repêché du grenier!

 

Les autres «saveurs» d’Ubuntu

Parmi les autres saveurs d’Ubuntu, citons:

Ubuntu Kylin  : version orientée pour le marché chinois;
Ubuntu MATE  : similaire à Linux Mint MATE, alliant la logithèque Ubuntu à l’interface légère de MATE;
Ubuntu Studio  : version d’Ubuntu disposant nativement d’outils orientés création, tels que des outils de gestion de l’image et du son, de la vidéo et la publication;
Ubuntu Server : qui comme son nom l’indique, permet de créer un serveur (web, ftp…) gratuit et très performant;
Edubuntu : version d’Ubuntu orientée éducation, avec des logiciels éducatifs préinstallés;
Mais aussi : Baltix (version spéciale pour la Lettonie et la Lithuanie), Cubuntu (avec Cinnamon), Fluxbuntu (avec Fluxbox), ChristianUbuntu (version catholique avec la bible préinstallée…), Sabily (version musulmane)…

Bref, dans le monde Ubuntu, il est impossible de ne pas trouver son bonheur !

Manjaro

Parmi les «concurrents», citons la distribution Manjaro(http://manjaro.org), qui se base sur l’architecture Arch, qui se veut «KISS» (Keep It Simple, Stupid), à savoir le plus simple et le plus bête qu’il soit. Manjaro est relativement simple d’utilisation, mais il fonctionne avec des outils différents de ceux de Debian. Toutefois, il est une excellente alternative à l’architecture Debian.

Manjaro existe dans différentes «saveurs»: Gnome, KDE, XFCE sont bien évidemment de la partie, mais il existe aussi Deepin, Budgie, Cinnamon, MATE et encore bien d’autres ! Manjaro nécessite moins de ressources que Debian et ses dérivés.

Les autres architectures

Parmi les autres architectures, citons aussi:

Fedora https://getfedora.org/fr/, basé sur l’architecture Red Hat, assez connu aux USA pour leurs serveurs.
Mageia http://mageia.org, anciennement Mandriva ou encore Mandrake, conçu à l’origine pour être facile à utiliser pour tout le monde et améliorer la compréhension informatique des utilisateurs
openSUSE http://www.opensuse.org, d’origine allemande, est une distribution indépendante réputée pour sa stabilité, mais est relativement complexe à aborder.
Arch Linux http://www.archlinux.org, est un système en mise à jour permanente, mais avec un principal défaut: son absence d’outils spécifiques. Défaut ou avantage, car cela permet aussi de constituer son environnement propre sans avoir une pléthore d’outils qui ne sont jamais utilisés.
Gentoo http://www.gentoo.org, est une distribution plus complexe, dédiée aux utilisateurs avancés et passionnés, qui possède l’énorme avantage d’être optimisé pour le matériel de l’utilisateur.
Red Hat (ou RHEL) http://www.redhat.com, distribution commerciale (donc payante) d’origine américaine, qui est à l’origine de la gestion via RPM.
Slackware http://slackware.com, l’une des plus vieilles distributions, et la plus proche de l’ancien système Unix. Slackware est plus orienté serveur.
Debian https://www.debian.org est une distribution non commerciale qui se distingue par le plus grand nombre d’architecture matérielle supportée, son importante logithèque mais aussi par un cycle de développement long, ce qui lui confère une grande stabilité. C’est aussi la base de multiples distributions, aussi bien tout public que serveurs performants.

Comment choisir la distribution qui nous convient le mieux?

Nous l’avons vu précédemment, il existe une quantité de Linux différents, déjà de part leurs architectures, mais aussi de part les différentes distributions au sein de chaque architecture. Quel Linux choisir?

Voyons ça comme le choix d’une voiture. En effet, nous avons le choix du constructeur (l’architecture), et pour le constructeur, nous avons un choix de modèles différents. Pour choisir notre prochain véhicule, nous allons tout simplement s’asseoir dedans et le tester, afin de savoir celui avec lequel nous allons faire un bout de route.

Eh bien, avec un système Linux, nous allons faire exactement la même chose! Mais avant tout cela, il faut prendre en compte les spécificités de votre matériel informatique.

32 bits ou 64 bits?

Avant de choisir une distribution, il faut connaître la puissance de l’ordinateur, et ses capacités matérielles. La première chose à savoir est la capacité de calcul du processeur. Tous les processeurs récents sont 64 bits. Un système 64 bits est plus performant qu’un système 32 bits, mais demande un peu plus de mémoire. À l’inverse, les systèmes 32 bits sont plus limités, mais compatible avec plus de matériel. Or, on trouve de moins en moins de distributions Linux acceptant le 32 bits.

Pour savoir si votre ordinateur est capable d’accepter le 64 bits, il y a plusieurs possibilités:

  • Si votre ordinateur est (ou était) installé avec Windows Xp ou Windows Vista, c’est très certainement un système 32 bits. Au contraire, pour Windows 7, 8 ou 10, c’est probablement un système 64 bits.
  • Si Windows est toujours installé, regardez dans les propriétés système. Attention, il se peut que Windows soit installé en 32 bits même si le processeur supporte le 64 bits!
  • Dernière possibilité, c’est de tester un Linux 64 bits. Si ça marche, votre processeur est capable de gérer le 64 bits, sinon un message s’affichera à l’écran pour vous indiquer que votre ordinateur ne gère pas le 64 bits.

Bien entendu, il est préférable d’utiliser un système 64 bits plutôt que la version 32 bits!

Légèreté ou esthétique?

Ce qu’on attend de son ordinateur, c’est qu’il réagisse rapidement à nos commandes. Il n’y a rien de plus énervant que d’attendre quelques secondes avant que l’ordinateur comprenne que l’on ait cliqué! À l’inverse, il faut que l’interface utilisateur soit agréable à utiliser, fluide et que l’on retrouve rapidement ses applications préférées.

Avec un ordinateur Windows, nous n’avons pas le choix de l’interface. On aime ou pas. Mais avec Linux, nous avons vu qu’il existait différentes interfaces de bureau, des plus jolies aux plus basiques. Néanmoins, les interfaces de bureau les plus travaillées (Gnome, KDE,Deepin) nécessitent plus de ressources mémoire et processeur que les interfaces plus sobres (Cinnamon, Mate, Budgie) ou que les interfaces «spartiates» (XFCE avec Xubuntu, ou LXDE avec Lubuntu). Le premier élément est qu’il faut que l’interface vous plaise, puis qu’elle soit fluide. Je vous recommande donc de tester plusieurs versions de Linux avec des interfaces différentes!

Manjaro ou Ubuntu ?

Revenons sur le choix de l’architecture. Nous l’avons vu précédemment, choisir une architecture Debian ou Arch, au final, ça revient au même, dans les deux cas on utilise Linux avec les mêmes interfaces de bureau!

Avec une architecture Debian de base (en prenant une distribution Linux Deepin ou un Ubuntu), on est certain d’avoir une grande communauté, signifiant que vous trouverez plus de documentation, plus de logiciels, etc. À l’inverse, l’architecture Arch (Manjaro) est plus simple à appréhender, est automatiquement mise à jour, et offre plus de souplesse quant au choix du système.

Petit point positif pour Manjaro, c’est la présence d’un guide d’utilisateur traduit en français! Vous le trouverez à l’adresse suivante: http://cznic.dl.osdn.jp/storage/g/m/ma/manjaro/Manjaro-User-Guide-French.pdf

Oui, mais… Et donc?

Posons-nous cette question : Quel âge à l’ordinateur? En fonction de cette réponse, notre choix va se porter sur des distributions différentes.

Si l’ordinateur à plus de 10 ans, il vaut mieux utiliser un Manjaro (Budgie ou XFCE), ou pour Debian, préférez Xubuntu voire même Lubuntu. Et choisir une distribution en 32 bits.

Si l’ordinateur à moins de 5 ans, on peut commencer à utiliser une distribution 64 bits, peu importe laquelle. Il faut regarder la puissance ce l’ordinateur. Si votre processeur n’est pas au minimum un core Duo, ou un i3, tournez-vous vers Cinnamon ou Mate. Au contraire, si l’ordinateur est puissant (ou récent), une interface Deepin (manjaro ou Linux Deepin), Gnome ou même KDE est très envisageable. Bien sûr, vous pouvez toujours installer des versions plus légères sur votre ordinateur de course, pour le transformer en roquette ultra-performante !

D’accord, mais je télécharge quoi?

Nous avons fait notre choix de distribution, nous avons les liens de téléchargements, mais concrètement, que faut-il télécharger?

Chaque distribution se télécharge sous la forme d’un fichier iso. Un fichier iso est une image d’un DVD à graver sur un media physique pour l’utiliser, même si les ordinateurs récents peuvent utiliser l’image iso directement (en montant un DVD virtuel). Nous verrons plus loin comment utiliser ces fichiers iso.

Télécharger Manjaro Deepin

Cliquez sur le lien Download pour lancer le téléchargement du fichier iso.

Télécharger Deepin

  1. TODO
Print Friendly, PDF & Email