les débuts d’internet



--Téléchargez les débuts d’internet en PDF --


Internet va fêter ses 45 ans d’existence en 2014. À l’époque, c’était la guerre froide entre les deux puissances de l’époque, les USA et l’URSS. Internet doit sa naissance à deux événements majeurs : la bombe atomique, et Spoutnik. Spoutnik est le premier satellite mis en orbite autour de la Terre. Cette sphère de 58 cm et de 83 kg, faisant e tour de la planète en 96 min, avait pour seul but l’émission de son fameux « bip bip biiiiiiiip » bien connu.

Ce lancement est un vrai scandale pour les USA, qui craignaient que les Russes, grâce aux Spoutnik et à leurs avancées technologiques, ne soient capables de lancer une bombe atomique sur leur sol.

En quoi la bombe H eût-elle joué un rôle ? La principale force des deux entités à l’époque, c’était la force de dissuasion, et dans une moindre mesure, les télécommunications. Les deux côtés du Rideau de Fer disposent de la bombe H, et des réseaux de télécommunications pour la lancer. Ce qui les retenait, c’est que l’autre camp puisse lui aussi appuyer sur le bouton en représailles.

Et c’est précisément là que le bât blesse les États-Unis. Les télécommunications militaires des USA étaient centralisées. Toutes les données de leurs calculateurs transitaient par un point névralgique. Les Russes disposaient de Spoutnik, donc de la possibilité (fausse, bien sûr) de commander une attaque atomique de n’importe où. Et si une bombe venait à détruire le centre de commandes des USA ? Ils seraient dans l’impossibilité de répondre par une frappe nucléaire.

Pour répondre à cette question, l’État Major américain demande au DoD, Department of Defense, de former un groupe de travail visant à créer un réseau de télécommunications décentralisé, de telle sorte que si un nœud stratégique fût détruit, les ordres pouvaient continuer de transiter par d’autres nœuds. L’ARPA est fondé (Advanced Research Projects Agency).

Ce modèle de réseau avait déjà été théorisé par le scientifique Paul Baran en 1964, donc 5 ans avant l’ARPA. À l’époque, les militaires ont rejeté son idée, jugée trop coûteuse. Baran mit au point un réseau hybride, constitué d’architectures maillée et étoilée, dans lequel les données se déplaceraient de nœud en nœud, en passant par le chemin le moins encombré, sans « réserver » le trajet des données au départ. C’est la théorie de la « commutation par paquets », ou « packet switching ».

En août 1969, l’ARPA dévoile ARPANET, premier réseau décentralisé connectant quatre instituts universitaires avec des câbles allant à 50 kb/s et utilisaient le protocole NCP (Network Control Protocol), l’ancêtre de TCP. En octobre eu lieu la première tentative de travail à distance : Leonard Kleinrock, professeur à l’UCLA (Californie), tente d’envoyer « LOG IN » d’un ordinateur a un autre, d’une manière très scientifique : il appelle son collègue situé en face de l’autre ordinateur et lui dit :

  • J’envoie le L !
  • Le L est reçu.
  • J’envoie le O !
  • Le O est reçu.
  • J’envoie le G !
  • … ça a bugué…

(Véridique !)

En 1971, Ray Tomlinson crée un petit truc inutile : l’email. Il s’envoie à lui même un petit message : QWERTYUIOP. C’est lui aussi qui détermine le @ comme séparateur entre le nom d’utilisateur et le gestionnaire du réseau. Plus tard, en 1973, le protocole NCP est remplacé par une version plus performante, TCP. Le 28 février 1990, les serveurs d’ARPANET sont éteints. Heureusement, tous les ordinateurs connectés continuent de fonctionner normalement : Internet est né.

Un résumé ? History of the internet.

Le modèle OSI »